CARTE BLANCHE – Een culturele sector in gevaar, waar zijn de vakbonden?

Wij, werknemers in de kunst- en creatieve industrieën, federaties van werknemers in de kunst- en creatieve industrieën en projectleiders, vinden de situatie waarin wij zijn gestort door de doofheid en passiviteit van de opeenvolgende federale regeringen en vakbondsvertegenwoordigers ten aanzien van de problemen van sociale bescherming die inherent zijn aan onze sector, onwaardig om te veroordelen.

CARTE BLANCHE – Un secteur culturel en péril, où sont les syndicats ?

Nous, travailleur·ses des arts et de la création, fédérations de travailleur·euses des arts et de la création et porteur·euses de projets, jugeons indigne et dénonçons la situation dans laquelle nous plongent la surdité et l’inaction des gouvernements fédéraux successifs et des mandataires syndicaux·ales devant les problèmes de protection sociale inhérents à notre secteur.

Lettre ouverte – L’indispensable reconstitution du lien militant entre les travailleur·euses des arts et de la création et les syndicats

Aujourd’hui, nous recensons chez de nombreux·ses affilié·es travaillant dans le secteur culturel, une volonté de dépolitisation syndicale massive. Avec le temps, la symbolique rattachée aux syndicats a perdu tout contenu politique et militant. Cela s’explique par leur assignation précitée à devenir des organismes de paiement et des intermédiaires avec les instances administratives dont principalement l’ONEM. A la suite des difficultés déjà énoncées plus haut, nous ressentons un manque cruel de soutien des syndicats, à notre égard, face aux manques de directives du politique et à la politique hostile de l’ONEM envers les travailleur·euses des arts et de la création. Une incompréhension généralisée règne autour du rôle et des missions que doivent avoir les syndicats dans un contexte de crise économique, sociale et humaine pour ces affilié·es.

Open brief aan de vakbonden – De noodzaak om de militante band tussen kunst en creatieve werknemers en de vakbonden te herstellen

Vandaag de dag zien we een massale depolitisering van de vakbonden door veel leden die werkzaam zijn in de culturele sector. In de loop der tijd heeft de symboliek die aan de vakbonden kleeft, elke politieke en militante inhoud verloren. Dit kan worden verklaard door hun voornoemde opdracht om betalingsagentschappen en tussenpersonen te worden met de administratieve organen, hoofdzakelijk de RVA. Als gevolg van bovengenoemde moeilijkheden voelen wij een schrijnend gebrek aan steun van de vakbonden tegenover het gebrek aan politieke sturing en het vijandige beleid van de RVA ten opzichte van kunst en creatieve werknemers. Er is een algemeen gebrek aan inzicht in de rol en de opdracht van vakbonden in een context van economische, sociale en menselijke crisis voor deze aangeslotenen.

Un plan global de 34 millions d’euros pour aider la culture à se relever et se redéployer

La Libre Belgique.
La réunion, ce jeudi après-midi, du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB) était attendue de pied ferme par l’ensemble du secteur culturel, en terrible souffrance – voire à l’agonie pour certains : y était examiné un nouveau plan de soutien porté par la ministre de la Culture Bénédicte Linard (Écolo).

Discussion – Quel avenir pour la musique live ? Travailleur·euses face à la crise

Court-Circuit présente un cycle de rencontres en ligne autour de l’avenir de la musique live, avec des intervenant·e·s actif·ve·s dans le secteur musical. Pour cette troisième table ronde, on donne la parole aux travailleur·euse·s du secteur musical dont les métiers ont été particulièrement impactés par la crise sanitaire.

Le secteur de la musique live, c’est un vivier de personnes talentueuses et passionnées qui œuvrent chaque jour pour garantir la découverte et la diversité musicale sur nos scènes en Belgique francophone. Booker, manager, label, programmateur·rice·s, technicien·ne·s… tous·te·s ont ressenti l’impact de la crise sanitaire dans leurs métiers et ont dû s’unir en plein confinement pour faire entendre leurs voix au niveau politique.

Autour de la table :
– Stan Bourguignon (booker – Chouette asbl / FBMU / Facir)
– Greg Noël (label man – Exag’ Records / Flif )
– François Custers (programmateur – Atelier 210 / CCMA)
– Sébastien Chartier (stagemanager, backliner, patcheur / ATPS)
Animé par : Ingrid Bezikofer (manager – Feral Art / FBMU)

Coronavirus : le secteur artistique veut une compensation pour les millions d’euros de pertes en droits

Unisono, la plateforme qui regroupe la Sabam (société de gestion des droits d’auteur), Playright (pour les artistes-interprètes) et la Simim (société de l’industrie musicale), demande une compensation pour les millions d’euros de pertes en droits d’auteurs, face aux inquiétudes soulevées par l’horeca de devoir payer l’intégralité de ces droits malgré la fermeture des cafés et restaurants.

« Un futur pour la culture » : 238 projets sélectionnés

Dans la perspective du redéploiement de la culture, la Ministre de la Culture Bénédicte Linard avait demandé au désormais « groupe des 52 » de proposer un plan d’action afin de repenser les politiques culturelles suite à la crise.

Parmi les mesures à déployer à très court terme, se trouvaient les appels à projets « Un futur pour la culture ». Le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a approuvé aujourd’hui la sélection de 238 projets pour un montant de 2.999.953,39 €.