Discussion – Quel avenir pour la musique live ? Travailleur·euses face à la crise

Court-Circuit présente un cycle de rencontres en ligne autour de l’avenir de la musique live, avec des intervenant·e·s actif·ve·s dans le secteur musical. Pour cette troisième table ronde, on donne la parole aux travailleur·euse·s du secteur musical dont les métiers ont été particulièrement impactés par la crise sanitaire.

Le secteur de la musique live, c’est un vivier de personnes talentueuses et passionnées qui œuvrent chaque jour pour garantir la découverte et la diversité musicale sur nos scènes en Belgique francophone. Booker, manager, label, programmateur·rice·s, technicien·ne·s… tous·te·s ont ressenti l’impact de la crise sanitaire dans leurs métiers et ont dû s’unir en plein confinement pour faire entendre leurs voix au niveau politique.

Autour de la table :
– Stan Bourguignon (booker – Chouette asbl / FBMU / Facir)
– Greg Noël (label man – Exag’ Records / Flif )
– François Custers (programmateur – Atelier 210 / CCMA)
– Sébastien Chartier (stagemanager, backliner, patcheur / ATPS)
Animé par : Ingrid Bezikofer (manager – Feral Art / FBMU)

Colloques des Octaves de la Musique

Où va le secteur musical ? La crise du Covid 19 a souligné la fragilité du secteur. Des aides ont été mises en place mais elles sont peu efficaces et beaucoup de métiers du secteur ont été oubliés.

« Si la crise du Covid a du positif, c’est dans la mise en place de liens forts entre les musicien·nes. On s’est intéressé aux métiers des autres », a pointé l’organisateur de festival Florent le Duc (membre de FACIR et président de FrancoFaune) qui, avec 70 autres professionnel·les de la musique, a participé au Colloque que les Octaves de la Musique organisaient par zoom le 15 décembre au sujet de l’avenir du secteur musical sous Covid.

Musique belge : L’oreille cassée

Le Médor n°21 est arrivé, et avec lui une enquête sur l’état de la musique belge et ses musicien·nes fauché·es !

Un vaste tour d’horizon, enrichi par les propos de FACIR, Wallonie-Bruxelles Musiques, La Jungle, [PIAS] Belgium, FrancoFaune…
Dans la famille « culture », parent pauvre des politiques, les musicien·nes sont les fauché·es parmi les fauché·es. Comment est-ce possible ? Plus que tout autre art, la musique est omniprésente dans nos vies. Mais les artistes locaux ne tombent pas dans nos oreilles. Pourquoi ?

Les observateur·rices, tant au pays qu’à l’international, saluent la qualité et la créativité d’une scène musicale belge foisonnante. Et pourtant… Chez nous, survivre, c’est déjà pas mal. Voilà ce qui ressort des dizaines de documents compulsés et de la quarantaine d’interviews réalisées pour ce papier dédié aux musiques actuelles (soit tout sauf la musique classique). Artistes, mais aussi salles de concert, centres culturels, labels, tout le monde est frappé par le manque d’argent et de perspectives de promotion des talents de la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB). En première ligne, il y a les artistes, réduits au système D pour perdurer, dans un secteur qui peine à se structurer. Quel meilleur groupe pour tester cette loi de la jungle que… La Jungle ?

Musicien·nes quelques réalités du terrain

Vivre de la musique, qu’est-ce que ça signifie aujourd’hui?

À travers une enquête de SMART auprès de professionnel·les, mais aussi en se penchant sur ses données statistiques, Smart éclaire les réalités du métier de musicien.ne, entre concerts live et diffusion numérique.

Les musicien·nes sont des travailleur·euses intermittent·es, trop souvent mal armé·es pour défendre collectivement leurs intérêts. En leur permettant d’appréhender plus finement les conditions de leur métier, les études rassemblées ici pourraient les aider à mieux se faire entendre.

Discussion – Santé, Culture, même combat ?

FACIR a été l’invitée d’un débat en octobre 2020 : Santé, Culture, même combat ? Une problématique très actuelle avec la seconde vague de la COVID et un second confinement qui approchait. Le secteur de la culture et de la santé sont parmi les plus touchés par la crise COVID. Des organisations, travailleur·euses de la culture et personnel·les de la santé se sont mis en action pour dénoncer la précarité grandissante, les inégalités de traitement et de résolutions notamment par rapport aux autres secteurs (horeca, transport, commerces, etc.). Autour de la table, des représentant·es des deux secteurs interagissent, entrent en dialogue sur les convergences et les divergences de leurs luttes.

Les quotas, une solution suffisante ?

VIDÉO – Les quotas, une solution suffisante ?
Mont Des Arts – BX1 01/10/20

Musique : Nos artistes sont-ils suffisamment défendus par nos radios ? Les radios doivent-elles diffuser encore plus d’artistes belges francophones ?

Mont des Arts soulève ces questions ce jeudi avec Alexandra Vassen (responsable de la programmation musicale RTBF-La Première), Frédéric Herbays (Directeur des programmes à Nostalgie Belgique), Catherine Grenier (attachée de presse indépendante) et Toine Thys (FACIR, Fédération des Auteurs Compositeurs et Interprètes Réunis).

2020, v’là les quotas

Larsen Magazine #39, page 28

En Fédération Wallonie-Bruxelles, les radios sont censées respecter des quotas de diffusion de musiciens locaux. Et elles le font plutôt bien. Certains artistes considèrent cependant que ces quotas ne sont pas assez élevés. Ils plaident donc pour qu’on les augmente. Un dossier vieux de plusieurs années que la crise de la Covid-19 vient peut-être relancer.

Les états généreux de la musique #2

2019. FACIR propose une soirée d’inspiration pour les musicien·nes, organisateur·rices, labels et autres métiers de la musique : conférences interactives, portraits sonores, chant collectif & autres générosités.

Des invité·es varié·es viennent partager leur vision et ouvrir des pistes d’action nouvelles. Ils·elles viennent de Molenbeek, Anderlecht, Gand, Liège, Rennes, Canada. Ils·elles ont en commun d’envisager la musique en relation avec un territoire, une population, de sortir l’art de sa tour d’ivoire.